ASOR - La section Judo


Histoire de la section

Souvenirs ...M. WOLFF, 3e Dan et Président d’Honneur,
il nous remémore les débuts du judo à l’A.S.O.R.



M. WOLFF, pour quelle raison, vous vous êtes lancé dans une telle aventure ?

Secrétaire d’un club qui répondait à mes aspirations, à savoir donner au pays une jeunesse vigoureuse et équilibrée, je ressentis le besoin de créer une nouvelle section en plus du tir.

Qui mieux que le judo, “ École de la Vie ” et Art Martial par excellence pouvait convenir à l’A.S.O.R. En mai 1954, un dojo fut installé dans une des salles du restaurant “ La Perle ” 50 route de Bischwiller à Schiltigheim. Imaginez une vingtaine de judokas, en treillis démunis de leurs boutons et fermés par des drisses en guise de ceinture, s’exercer sur des tatamis, constitués de matelas de l’armée accolés les uns aux autres et recouverts d’une bâche ! Le vert, couleur de l’espérance, dominait. Toutefois, le bruit provenant des chutes et des combats importunait les clients du restaurant. Ainsi, en décembre nous nous installions dans une salle mise à notre disposition par la Croix Bleue, sise 73 Route de Bischwiller à Schiltigheim.

Aviez-vous également des vrais tatamis ?

Effectivement, nous avions acheté des tatamis en feutre mais à chaque séance, ils étaient montés puis démontés. Par ailleurs, le pilier situé au milieu de la pièce et recouvert d’une protection en caoutchouc, nous gênait un peu, ainsi que le poêle à charbon.

Quels étaient les pionniers qui donnèrent essor à cette section ?

Président, je fus secondé par M. Henri ZIMMERMANN. Les autres fonctions étaient détenues par : M. Marcel SCHAULY, Trésorier, M. Francis GRUSSENMEYER, Secrétaire, et MM. STOLL, ROSENZWIEG, JENKHEIT et WENDLING, assesseurs et M. Fernand SIMON, professeur

Comment avez-vous choisi le professeur ?

M. GRUSENMEYER, Président de l’A.S.O.R. et P.D.G. des Produits Marguerite, employait dans son entreprise une jeune ceinture noire revenant du service militaire : M. SIMON. Aussi, nous l’avons contacté afin de lui proposer le poste de professeur. Ce dernier a d’ailleurs obtenu le 2e Dan en février 1955.

Comment obtenait-on ce grade ?

Après les Katas et épreuves techniques, ce grade se gagnait surtout en compétition. Le candidat devait vaincre successivement quatre concurrents. La proportion des admis était d'environ 10 %.

Mais, vous-même, n’étiez vous pas professeur ?

Si, le 30 décembre 1967, j’ai obtenu le diplôme d’instructeur fédéral et le 17 juillet 1970 le diplôme d’état.

1er Dan en novembre 1958, le Ministre de l’Éducation Nationale vous a décerné la médaille d’Honneur de Jeunesse et des Sports.
Mais en 1965, la section a failli disparaître. En effet, l’immeuble où se situait le dojo fut démoli.

Oui, mais M. SIMON n’était pas à court de ressources. Magnanime, il a mis à la disposition des judokas une salle de son immeuble à Bischheim. Enfin en 1967, la ville de Schiltigheim nous a logé dans le Gymnase Leclerc. Notre fierté fut les 75 m² de tatamis, des vestiaires et des douches.

Que de chemin parcouru depuis 1954 ! L’A.S.O.R. se distinguait aussi aux compétitions.

De brillants judokas se sont distingués tant sur le plan régional que national
D’autres compétiteurs sont devenus professeurs ou cadres techniques, tels que Monsieur ROSENZWEIG, Vice-président de l’Union Européenne de Judo, Président du Collège Nationale des Ceintures Noires, 1er Président de la Ligue d’Alsace de Judo, Président du Comité Départemental de Judo, M. WALTHER, Président du Comité Départemental de Judo, Vice-président de la Ligue d’Alsace de Judo et membre fondateur de celle-ci, Président durant de nombreuses années de la section Judo de l’ASOR, M. IURILLI, professeur et directeur technique au sein de la section Judo de l’ASOR.

M. Robert SCHNEIDER, actuellement responsable sportif de la ville, fut un de nos premiers élèves.

Professeur, arbitre, instructeur fédéral, président de l’A.S.O.R., vous avez pris une retraite méritée en 1993. Depuis, vous vous consacrez aux voyages et à la peinture. Néanmoins, le judo reste partie intégrante de votre vie.
Quel message pourriez-vous délivrer à nos jeunes ?

Je conseille à tout jeune de pratiquer un sport et pourquoi pas le judo ou tout autre art martial. En effet, cette activité physique forge le caractère, permet de se dépenser sainement et d’acquérir les qualités morales indispensables dans notre société.

Rappelons qu’une des maximes de Jigoro Kano, le fondateur du judo, fut “ Entraide et prospérité mutuelle ”.

Judo - Tai Chi Chuan - Self défense (Jujitsu)


Responsable de la section
Jean-François STIEGLER

Contact : 
responsable@judo-asor.org

site internet:  https://www.judo-asor.org


*** Horaires des cours et lieux ***
sur le site de la section

 https://www.judo-asor.org


Schiltigheim
Dojo Fernand SIMON
La Briqueterie


Google maps logo 100688782 l 800x450 c default 1


Bischheim
Dojo Parc des Sports

Google maps logo 100688782 l 800x450 c default 1


Schiltigheim

Dojo Nelson Mandela

Google maps logo 100688782 l 800x450 c default 1

 
 
 

Date de dernière mise à jour : 16/09/2020